La Conférence 

La Conférence Molé-Tocqueville est née de la volonté de ses fondateurs de voir s’organiser au sein des jeunes dirigeants, une « élite à la connaissance du parlementarisme ainsi qu’aux hautes fonctions de l’État ».

Fondée en 1832 par le comte Louis Mathieu Molé dans l’optique d’ouvrir une partie de la classe dirigeante à la connaissance de la démocratie ainsi qu’aux mécanismes du parlementarisme, la conférence devient bien vite un cercle de formation, de rencontre professionnelle et d’amitié pour ses membres, donnant dès lors naissance à « la République des avocats ».

Citons parmi ses anciens membres : Jules Ferry, le comte de Mérode, le comte de Ségur, Louis-Napoléon Bonaparte, le baron James de Rothschild, Georges Clémenceau, Pierre Taittinger, André Citroën ou plus récemment encore Thierry Saussez.

En 1897, le président de la République Félix Faure consacre enfin l’œuvre entamée par le comte Molé : le 30 avril un décret reconnaît désormais la conférence – Établissement d’utilité publique.

Dès lors, l’un des plus importants viviers des figures de l’histoire de France contemporaine y nait : Pierre de Coubertin y tient ainsi des discours enflammés en faveur de la création des Jeux Olympiques modernes ; alternative à la rivalité meurtrière des nations. Pendant la seconde guerre mondiale, Guy Mollet encourage les membres à rejoindre la résistance.

Supplantée à partir des années 70 par les nouvelles générations issues de la haute administration, la conférence se réoriente dans des années 90 à de nos jours sur l’implication de la société civile dans le tissu économique et social de la France.